Une gentille grenouille , qui saute dans un encrier ?

 

Une vague angoisse me fait craindre de dévoiler la vacuité de mes prétentions sur ce terrain , tout comme en définitive , mon ignorance !

Face à la sanction du ridicule,  j'hésite depuis 10 ans ...

Bref, j'en ai envie , mais je n'en suis pas capable.

Je vais plutôt transformer cette rubrique d'histoire de l'art en histoire ou recueil d'historiettes tout court.

Commençons .

Etirements , tour de chauffe .

Allons-y !

 

Comprendre la Chine et périphériques en une seule phrase?

Pourquoi pas ...

Prêchons par ce que la Chine n'est pas afin de comprendre ce qu'elle est .

 

"A l'inverse du modèle chinois d'administration basée sur la satisfaction matérielle des besoins concrets du peuple, les grandes civilisations occidentales de l'antiquité, l'administration proprement dite et la police n'étaient que des objets secondaires et à peine ébauchés".

 

"Les théories philosophiques et les opinions  religieuses, ces brandons ordinaires des états restèrent à jamais sans force devant l'inertie nationale".

 

"Lorsque le peuple est nourri et vêtu convenablement, il ne se soucie d'affronter le bâton de la police, pour la plus grande gloire d'une abstraction".

 

"En Chine, ce fût la grande affaire du pouvoir.
Le gouvernement chinois laissa prêcher tout, affirmer tout, enseigner les absurdités les plus monstrueuses, à la condition que rien dans ces nouvelles ne tendrait à un résultat social quelconque.

Aussitôt que cette barrière risquait d'être franchie, l'administration agissait sans pitié et réprimait les innovations avec une sévérité inouïe".

 

Bien.

Voilà du solide .
Des fondations.

 

 

 

Peinture à l'encre de chine à la détrempe.
Grenouille en sumi-è.

La Révolution , c'est la guerre.

"La cause du vainqueur plût aux dieux , mais celle du vaincu à Caton."

 

Une citation de Lucain à propos de l'honneur.

Pas de citation sur les despotes ou les tyrans ?

 

Il faut croire, que c'est tellement vieux, tout ça;  comment penser  que cela  puisse nous arriver à nous, grandioses produits de la poussière d'étoiles et abreuvés par le culte de la raison et de vérité , cette  tyrannie d'un homme seul ,voire d'un groupe restreint de sicaires gouvernant avec une autorité arbitraire et absolue, de celui qui s'est glissé légalement , mais illégitimement, par ruse ,dans les habits institutionnels d'une période d'exception, pour retourner ces mêmes pouvoirs d'exception , contre ceux qui l'ont élu et la patrie qui l'a vu naître.

 

Penser le despotisme,  partie des trois modes de gouvernement distinguées par Montesquieu dans l'Esprit des lois.

Bonne la référence .

Mais insuffisante .

 

Ce qui est nouveau dans notre situation et nous distingue du passé, c'est l'existence d'un tyran dévoué aux intérêts non plus occultes , mais bien visibles de l'étranger et en lutte ouverte contre son propre peuple .

 

Curieux.

 

En effet , au temps de Rome, Athènes ou Syracuse, notre aimable  tyran bénéficiait de la ferveur populaire , qui, in fine ,le portait au pouvoir.

 

Qu'est-ce que cette coalition désespérée et décérébrée de Nikes et de ballerines trottinant dans les open-spaces dévitalisés des start-up cities , de sous-classes moyennes aveugles à leur prolétarisation réelle et leur déchéance humaine , dont aucun miroir-écran ne leur renvoie de vraie images d'eux-mêmes ,bouffant de la pizza tiède livrée par des  cyclo -techniciens certifiés ISO 2001 ,défendant ceux-là mêmes à l'origine de leur esclavage, auquel ils pensent échapper par on ne sait quelle putanisation servile,  puis leur disparition silencieuse ,mais douloureuse : cancers , addictions de bouffe ,de sexe ,de voyages ,de défiscalisations , de taxes , de primes ,  d'artifices ,de certitudes ,de violence ,de divorces , de fécondation forcée de chair stérile, face à une mondialisation féroce  qui tient lieu d'espace de  pensée constituée ; ferveur incarnée dans un mouvement de marche , porteur d'une foi renouvelée et catégorique vers  un espace de supranationalité , post - ethnique salvatrice.

Fête de l'Europe , fête des conteneurs venus de Chine et débarqués à Rotterdam, fête des impôts, fête du revenu universel, fête de la coke, fête du chômage , fête de la dette , fête des égorgeurs , fête de la nouvelle  citoyenneté , fête de la transition écologique , de la transition ethniquement correcte , fête de la mort.

 

Baisse des prix, baisse de la valeur de ta vie , analyse des coûts , création de valeur, banco-parking , réunions déconcentrées .

Quelque chose à dire ?

Prise du pouvoir alors ?

 

Comment faire ?

 

Facile ,  de promettre à la plèbe un droit de pillage sur les biens du clan patricien en compétition avec celui du tyran .

 

Ca se passe comme ça.

 

" Donnez moi le pouvoir d'augmenter  les impôts des autres , afin que vous puissiez vous servir."

 

Pillage légal autorisé.

 

Pour le pillage , la plèbe est d'accord , elle se rue dans les magasins , vide les rayons , repart avec tout ce qu'elle a pu trouver , écrans d'ordinateurs , caddies, papier cul d'occasion ,extrait fiévreusement des chiottes , dont elle arrache les abattants , voilà sa misère et sa récompense.

Les derniers arrivés démontent portes et fenêtres , interrupteurs , tuyaux , n'importe quoi !

Les derniers  des derniers , artistes faussement inspirés par un Néron innocent , injuste victime historique  des zélateurs d'un nazaréen inaccessible égalitaristes de par la volonté du manque, incendiaires , pétrolettes , foutent le feu , qui s'élève sur la ville en délicieuses volutes toxiques, incendies autour desquels ils entament une ronde aussi joyeuse que hallucinée.

 

C'est la technique du démagogue grande gueule.

Suivez mon regard.

 

Magie de la révolte anti-fiscale, récupérée par les manipulateurs politiques liberalo-trotsko-étatistes ,diplômés de n'importe quel savoir inutile , qui les a foutus sur des voies de garage ,oû ils rongent leur amertume et frustration de génies inconnus, qui se termine toujours ...par une augmentation des impôts, alors qu'une révolte anti-fiscale se bat logiquement  pour une baisse des impôts, pour tous  ... surtout dans un espace taxé à 57 % du PIB.

 

Ben , non .

Faut augmenter .

 

Technique de la révolution ou du coup d'Etat :

 Pour éviter que la fureur de la plèbe ne se retourne contre le tyran, on désigne une principauté voisine , de préférence un peu riche, un peu méchante , un peu faible, un peu désirable  que l'on désigne comme responsable de tous les maux de la terre.

Notez au passage que cette technique est également transposable aux individus .

 

On lui déclare la guerre, on la pille, on la brûle, on la réduit en esclavage, on distribue les femmes,  ça calme la plèbe.

Puis on réprime.

Avec férocité ,  propre de l'homme .

Les meneurs sont exécutés.

 

Robespierre, te voilà !

Puis , on raccourcit le Robespierre et le Directoire porte la guerre partout.

La levée en masse permet d'occuper gratuitement et utilement le peuple ,sous la mitraille , et d'envahir les voisins, pour remplir les caisses!

 Rançon.

Pour un temps, ça va.

 

Mais revenons à l'espace de la tyrannie.

De nos jours , la tyrannie désigne tout pouvoir injuste, cruel et ne respectant pas les lois.

 

Un telle définition contourne bien évidemment la condamnation du tyran.

 

Celui-ci ne fait rien hors des lois, qu'il  fabrique à son gré, en fonction des nécessités, puis de sa fantaisie .Actives ou rétro-actives, grâce à  l'aide d'un quarteron de pseudos représentants du peuple stipendiés par ses soins ,acteurs fantoches, démocrates de hasard ayant germés par accident, qui  ne pètent même   pas sans lui;  traite avec les états étrangers hors des prérogatives du Sénat   ( romain , bien sûr) , conclut des traités sans en référer à l'assemblée des tribus , brade l'industrie nationale dans des conglomérats ou l'intérêt étranger a toujours le dernier mot, afin de continuer à recevoir les assignats falsifiés , emprunts gagés destinés à nourrir le moloch social désoeuvré , mélangé de toutes les gènes d'une humanité échouée là , sans savoir pourquoi lumpen  décomposé de la tête ,démonétisé, bourré de calmants et d'excitants , de délits d'opinion inavoués , pissant les anti-biotiques et le Viagra , fumier humain , qui pourrit dans les métropoles .

 

"Et toi, tu peux suivre ?" me dit - on à la télé .

On va t'user la jeunesse  jusqu'à la corde , dans des emplois aussi précaires , que pourris dans la célébration de cultes mortifères avant de jeter ta carcasse exsangue à des chiens , qui n'en voudront même pas , crétin !

 

La gabelle est perçue au profit de Londres, les droits sur les portes et fenêtres sont affermés à Berlin , l'octroi va à Boston ou Venise.

 

Pour affermir son pouvoir sur le peuple, le tyran institue une contrainte matérielle, une précarité de tous les instants ,obsédante , la tête a peine hors de l'eau, "nage , mon chéri !", renchérissement et appauvrissement crée par l'apparition frustrante de besoins nouveaux constants et obligatoires, souvent inaccessibles, issus de la modernité et de la technologie que le peuple est obligé de posséder et sans lesquels il ne trouve plus ni emplois ni usage des services, tout étant dé-matérialisé et d'autre part une épuisante contrainte immatérielle s'imposant à la conscience par la manipulation généralisée des émotions, qui empêche chacun de "penser " hors des frontières de ses propres tripes..

Une association de morts-vivants et de têtes à claques.

 

Une humanité déconnectée d'elle-même , de l'instinct vital , comme de l'intuition, mais branchée 24/24 sur de l'illusion.

 

En réaction , des guides avisés , venus du monde entier ,se dressant debout sur les corps entassés du peuple martyrisé de ce radeau de La Méduse ,qui les soutiennent afin d'éviter de les voir s'enliser à leur tour , comme un amas de hyènes  lubriques ,vautré dans la sanie ,la charogne et les rats , réclament  comme un mantra satanique un changement des institutions afin d'établir à leur profit, mais au nom du peuple , quand même,  un pouvoir , leur pouvoir , éternel   un Reich équatorial de mille ans ,revu et corrigé par Chavez et Castro , libertaires bolivariens  bien connus.

 

Seul compte le pouvoir.

 

Questions : faut - il conserver le droit de vote au peuple ?

Il s'en sert si peu.

Est-ce à bon escient ?

Pourrait-il mes-interpréter les instructions minables et subli-minables  qu'on lui transmet ?

 

Une idiote utile sera-t-elle toujours disponible pour faire verser l'opinion du bon côté de la chute ?

 

Quand on ne sait plus , il faut retourner aux sources.

 

L'Empire romain?

Erreur d'aiguillage.

Ce n'est pas l'Empire, qui nous intéresse, mais la République et ses institutions.

N'oublions pas que tout commence par une royauté, Tarquin patin -couffin , puis une République et ensuite un Impérium, qui n'était qu'un titre , conservant le Sénat, mais disposant de presque tous les pouvoirs.

J'espère que ce cheminement vous dit quelque chose , parce que  c'est  votre déjà vécu et prêt sans doute à être resservi, si tant est que l'histoire repasse les plats.

Décadence de la République -150 /+27 .

Au fil des ans les distributions de blé à Rome finissent par concerner 600 K habitants sur 1 million à l'exception des esclaves et des étrangers ,ce qui d'ailleurs incita les patrons à libérer leurs esclaves , afin de faire porter à l'Etat le poids de leur entretien.

 

Cette histoire de libération des esclaves me rappelle quelque chose, dans un autre pays ...

C'est un truc bien rodé...La libération des esclaves , une cause toute trouvée , pour prendre le pouvoir .

 

On libère les esclaves , pour asservir toute la société.

 

Se modifie aussi le recrutement de l'armée de la République, anciennement des citoyens : on s'engage désormais pour la solde, ce qui permet aux aisés , aux paysans  non citoyens romains   ( c'est toute la nuance, cette citoyenneté) ,d'échapper à la conscription.

 

Se met en place également une modification de la composition qualitative  des classes sociales ( plébéiens , chevaliers, patriciens, dans l'ordre croissant de pouvoir et de richesse), insensiblement , mais certainement, les hommes d'affaires enrichis dans la gestion des provinces ou l'affermage des impôts, les chevaliers,veulent affirmer leur puissance  , sans accéder aux fonctions sénatoriales , car elle interdisent la pratique du commerce , ainsi que toute activité non liée au travail de la terre.

 

Afin de contrer la puissance patricienne, les chevaliers sont substitués aux sénateurs au sein des jurys des tribunaux criminels, ce qui permet de faire passer cette loi frumentaire permettant la distribution gratuite de blé, contre l'avis du Sénat.

 

Cette manne , on va aller la chercher chez les peuples conquis ou alliés, qui permet à la plèbe de survivre , grâce à un revenu universel avant la lettre.

Aujourd'hui , on vous distribuerait du foule .

Ce qu'on vous donne d'une main , on le reprends de l'autre dans une démarche anarchique et énarchique schizophrénique., tellement dénuée de bon sens , qu'on investit dans une intelligence artificielle, pour les remplacer.

 

On taxe, on taxe !

Les Rapetout te rendent fou.

 

Par ailleurs, pour ceux, qui seraient tentés par le travail, ces fous furieux , la Lex Sempronia permet d'allouer une partie du domaine public ,soustrait aux peuples vaincus ou même aux alliés ! l'Ager Publicus au profit de la Plèbe, un peu comme des emplois tremplins  (pour sauter jusqu'au ciel ,ce tremplin ?) de-fiscalisés, les ateliers nationaux, sous la pression des Popolares, les Patriciens progressistes, par oppositions aux Patriciens réactionnaires ou Optimates .

 

Optimisés ...

Fiscalement ?

 

Pour amorcer la machine , on distribue le produit des pillages de la Gèce ou de l'Asie Mineure, comme le Trésor de Pergame.

Malgré tout la mesure rencontre peu de succès.

 

Tout se met en place pour une dictature.

 

La crise sociale , qui va permettre à César de prendre tous les pouvoirs, pour enterrer la République pointe son nez .

 

Sans crise sociale, pas de dictature.

 

 

 

 

 

25 Janvier 2019.

 

Loi frumentaire.

Distribuer des subsides à la population oisive .

Mais si elle est oisive justement par la perte de son travail , de la terre en l'occurence ,c'est  pour la raison même , qui fait qu'elle est soutenue.

En effet, pour fournir la plèbe en grains, on taxe les provinces conquises, 

sous forme de contributions agricoles redistribuées gratuitement ensuite à Rome..

Le grain importé ( prix d'achat FOB  : zéro ) tue la production locale et déclenche l'exode rural vers Rome... et ses distributions.

Mais que faire si les saisies, impôts , taxes sur les provinces s'avèrent insuffisants pour assurer la régularité des distributions ( ne pas oublier que l'homme mange trois fois par jour) ?

Dans ce cas , on fait appel à son avantage technologique comparativement aux autres empires , royaumes ,républiques , principautés ou toute autre conception sociale organisée disposant de réserves .

Cet avantage technologique indiscutable , c'est l'Armée Romaine.

Conquérir , administrer ,exploiter la conquête , pour nourrir Rome, Moloch insatiable.

De loin en loin, ces conquêtes finissent par ressembler à un empire et de fait elles le sont.

C'est sur qu'on ne va pas se casser la tête à conquérir des déserts.

Il faut du fertile, de la terre grasse, qui rends blé , orge, huile , bétail, tout ce qu'on voudra à condition que ça se mange ou que ça se vende.

Bon pour les déserts, s'il y a de l'or , du mercure ou du lapis, ça peut s'envisager.

Le premier imperator , paiera de sa vie cette logique d'expansion .

Si César est assassiné, c'est d''abord parce que ses généraux refusent le projet d'une grande expédition prédatrice destinée à emmener l'armée sur les plateaux iraniens, pour revenir vers l'ouest en passant par la Germanie.

Une trotte.

Pour venger aussi la précédente tentative de Crassus en -53 et du désastre de Carrhes.

Affaire reprise par Byzance avec des hauts et des bas, mais c'est une autre histoire.

Quand on s'interroge sur l'avenir, il suffit de consulter les archives du passé, elle ne mentent jamais, si on veut bien considérer l'histoire par le biais de ce qu'elle a produit matériellement et non par le discours de ce qu'elle devrait être.

 

 

 

 

 

 

Le 28 Janvier 2019.

 

Je me demandais ce matin , devant le miroir de la salle de bains, s'il était possible de baguenauder au-delà de la vie et de la mort.

Perplexité.

Que faire et à qui demander conseil ?

Niu-Yu , qui passait dans la rue avait conservé le teint d'un petit enfant , c'est donc naturellement vers lui que je me tournais pour répondre à cette interrogation pour laquelle je ne trouvais pas de mode d'emploi.

Il me dit "C'est parce-que j'ai entendu le Tao".

Puis-je l'étudier ?

Non.

Pourquoi ?

Parce-que vous n'êtes pas un homme à faire et si vous possédez la voie du saint, vous ne disposez pas de ses capacités ; il ne servirait à rien d'enseigner la sainteté à un homme qui est déjà pré-disposé, hein ?

Voici mon expérience personnelle:

Au bout de trois jours, je parvins à délaisser le monde extérieur.

Je continuais.

Après neuf jours, je pus délaisser ma propre existence.

Un beau matin j'eus la vision de l'unique.

Cette vision me permit de transcender le passé et le présent.

Je pus alors passer dans le domaine oû la vie et la mort n'existent plus.

On appelle ça toucher la quiétude.

Mais alors , Maître , qui vous a appris le Tao ?

Je l'ai appris du fils de l'écriture, celui-ci du petit-fils de la lecture , celui-ci de l'illumination , celle-ci de l'attention soutenue, celle-ci du travail pénible , celui-ci du cantique , celui-ci de l'obscurité profonde, celle-ci du vide suprême , celui- ci du sans commencement .

Une bière ?

Re-écrit d'après Tzuang-Tzi, bien sur!

 

 

 

 

 

Le 8 Février 2019.

 

«La part que je ne comprends pas en germain a un charme romantique que parfois, le latin ne m'apporte plus»

Cette déclaration de Catilina , en Neustrie, par delà le"limes" protecteur , m'en bouche un coin.

Car en bon gaulois , ce laïus débile signifie quand même , que "ce que je ne comprends pas chez les autres est mieux que ce que je comprends dans ma langue maternelle".

Folie ?

Déjà que la Gaule n'avait plus , selon Catilina, de civilisation propre , née de notre langue , de notre culture et de notre histoire , voici que se révèle au grand jour , la haine que nous porte notre maître ; maître que nous avons élu et qui montre à quel point ce scrutin était rocambolesque dans ses évolutions psychiques , dont on ne sait si elles relèvent de l'aliénation mentale ou de la trahison. 

Et Catilina de déplorer que le conseil des tribus barbares ait refusé la réunion de nos deux fleurons ferroviaires au sein d'un nouvel ensemble plus germano que pratin.

Encore un échec de l'apprenti tyran ?

Que reste-t-il de la république ?

Je veux dire , que reste-t il à brader de notre souveraineté et de notre indépendance ,aux uns et aux autres ?

Quousque tandem Catilina...

Lu dans les archives du Sénat  et copié sur le Wiki de la République :

« Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra? » est une expression latine tirée de la première des quatre Catilinaires de Marcus Tullius Cicéron. Elle signifie « Jusqu'à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ? ».

Ces mots violents constituent le célèbre exorde ex abrupto (entrée en matière) du premier discours contre Catilina, qui fut prononcé par Cicéron au temple de Jupiter Stator (et non au Sénat romain, pour raisons de sécurité) le 8 novembre 63 av. J.-C. Ce discours se propose de démasquer et punir la deuxième conspiration de Catilina, une tentative de coup d'État par Catilina et ses partisans contre la République romaineCatilina était impudemment présent ce jour-là parmi les sénateurs, alors que sa tentative d'assassinat de Cicéron et son complot venaient d'être découverts. Ces quatre discours de Cicéron forment un ensemble appelé les Catilinaires

Cicéron dénonce Catilina, fresque réalisée entre 1882 et 1888 par Cesare Maccari (1840-1919).

La conjuration de Catilina est un complot politique visant la prise du pouvoirà Rome en 63 av. J.-C. par le sénateur Lucius Sergius Catilina

Devenue la capitale d'un empire en croissance rapide, la Ville est alors depuis longtemps à l’abri d’une attaque ennemie, mais depuis la guerre sociale (de 91 à 88), elle doit faire face à de nombreux troubles qui mettent à mal les institutions de la République romaine et sa population. Le complot ourdi par Catilina et ses partisans ne ressemble pourtant en rien à ce que la République romaine a connu jusqu'alors. Déçu par un double échec lors de l'élection au consulat, Catilina organise secrètement une conjuration qui vise à éliminer une partie de l'élite politique romaine et à s'emparer du pouvoir politique suprême en s'appuyant sur les frustrations d'une partie de la nobilitas romaine et de certains notables italiens. Sur sa route, le conspirateur voit ses visées contrecarrées par la détermination du consul Cicéron, dont le mandat touche à sa fin au moment des faits. En bon orateur, Cicéron dénonce Catilina publiquement et avec virulence, puis conduit la contre-offensive militaire qui met finalement la conjuration en déroute. Catilina meurt au combat au début 62, tandis que Cicéron, salué du titre de « Pater patriæ », connaît d'abord la gloire pour avoir sauvé la République, avant que cette même affaire ne le contraigne à l'exil en 58. Mais le sursaut républicain est de courte durée : en 60 déjà se forme — secrètement — le Premier Triumvirat entre Jules CésarCrassus et Pompée.

L'épisode est resté célèbre en raison de sa postérité littéraire : Cicéron en a laissé quatre fameux discours politiques, les Catilinaires, et l'historien romain Salluste en a également rendu compte dans un de ses ouvrages, La Conjuration de Catilina.

Crise de la vertu.

Mort de la République.

 

 

Le 11 Février.

 

Alors que je déjeunais tranquillement , au soleil, d'un sandwich au saucisson sec de montagne bi-sulfité ( NaHSO3) , voilà que l'esprit de l'animal a glissé ses pensées mêlées  à travers les miennes , afin de me léguer généreusement une sorte de court testament , que je m'empresse de mettre sur le papier , afin de ne pas en perdre une miette :

 

« La modernité, c’est d’abord , dit-il ,une cure d’amaigrissement –continuez à dégraisser !Mieux c'est moins , sans cesse moins . Faites comprendre à vos pauvres qu’ils ne sont pas des exploités mais des ringards, des empotés ,des jambons ,quoi et qu’il existe des sociétés civiles moins laxistes… celle des porcs , par exemple. Les bauges les mieux placées, les plus élevées ,sont réservées aux plus forts des verrats, premiers de cordée, qui peuvent chier à leur aise sur les occupants des soues du dessous, qui finissent par croire que c'est ça la pluie. C'est le mythe de la caverne re-visitée ».

 

Testament tristement inspiré de "Vivre et penser comme des porcs".

 

Une autre image est cependant venue cogner aux carreaux .

Liée aux porcs.

Très belle.

 

C'est évidement celle du divin Eumée , le magnifique porcher de l'Odyssée , ce héros meneur de guerriers.

 

Oui , vraiment , les porcs ont de la chance , je trouve.

 

Mais , bien sûr , personne ne lit l'Odyssée jusqu'au bout , c'est pour cela qu'on ne parle jamais du divin Eumée et de son rôle crucial dans la victoire du bon droit et , pour une fois de la justice.

 

Les prétendants , qui font le siège inéluctable de Pénélope et mangent le bien de Télémaque ,comment pourrait-on leur échapper, hier comme aujourd'hui ?

 

Leur dictature s'impose, voraces dévorateurs des récoltes, trousses- servantes , invités aux agapes pendant lesquels ,ils s'imposent dans tout l'espace matériel et mental, la violence et la force , hard ou soft power  ; aujourd'hui comme hier dans une union prémonitoire de ce qui sera un jour la conjonction efficace de l'économique, du politique et de l'humanitaire , des minorités et du spectacle,  turbo-portés par la cybernétique. 

 

De quels alliés pourrait disposer le mendiant déguisé cherchant à rétablir sa légitimité  dans un combat désespéré ?

 

Dans ce conflit , les dieux ont su préserver deux héros couverts de boues et de fumées ,les divins Eumée et Philoitos , conducteurs de guerriers , mais de leur état bien modestes de porcher et de bouvier.

 

Quelle surprise , on croyait tous les guerriers partis pour Troie ?

Oui , mais il restait des héros.

 

Non pas des  révoltés , anges déchus ,insoumis bouffis d'envie  contre  l'ordre nouveau des prétendants ,qu'ils rêvent de remplacer , mais des combattants , instruments tout simples, inspirés par l'exigence catégorique  de la vérité et de la fidélité, des petits , des sans grades , de ceux , qui marchaient , mais n'avançaient jamais devenus des héros mémorables.

 

Ayant déclaré leur intention de se battre pour leur maître, leur roi naturel, Phyloitos et Eumée , analogue , mais supérieurement unique , les héros ne sont plus des affidés , mais des alliés d'Ulysse et établissent avec lui des rapports analogues d'égalité et d'amitié, que l'on retrouvera dans toutes les péripéties du combat final .

Bravoure et noblesse , comme la description du départ du porcher s'enfonçant dans la nuit noire et venteuse d'un nouvel apocalypse , commentaire associé à la pertinence et l'émotion de  l'analyse d'Annie Bonnafé, dont je me suis également inspiré , pour écrire ce que je viens de dire. 

 

 

Nouvelles du pays des morts le 13 Février 2019.

Devant la folle contre-offensive des 86 vestales et furies éco-féministes associées à des  satyres cornus  aux pieds de boucs et au nerf honteux pourri d'escarres variqueux ,orphelins de toute raison , qui viennent de déclarer la guerre à la Plèbe , en revenant sur l'armistice ,   ( traité de paix provisoire )  établi  ces jours derniers avec  Catilina  , il m'a semblé utile de rappeler quelques lieux et abris  utiles pour les temps futurs , qui s'annoncent troublés. 

La première est certainement l'adresse des enfers , afin qu'il n'y ait pas d'âmes errantes dans l'ignorance du lieu de recueil oû ils devront , à leur mort , déposer leurs mânes afin qu'elles n'errent pas , inutilement fantomatiques , pour l'éternité dans des espaces de pollution de la vie  , à l'issue des combats que cette folle déclaration de retour de la taxe carbone annonce et prépare.

Les Enfers ne sont pas une punition.

Bien entendu , ignorants , vous ignorez totalement l'adresse des Enfers , croyant naïvement et dans une foi honteuse  sur la loyauté de la mort , qu'elle vous indiquera aimablement la marche à suivre et vous fournira une feuille de route en bonne et due forme .
C'est croire en la bonté de la mort !

Depuis, que les dieux ont été réduits en esclavage par les esclaves , les choses les plus élémentaires se sont provisoirement perdues .

Comment assurer leur retour ?

La vérité survit au brouillard  foireux des prophètes .

Dans quelle direction diriger nos recherches    à nous autres    vers de terre ?

Le Ramayana , la Bahgavad gita ?

Trop à l'Est , pour nos membres débiles , on n'y arriverait jamais...

 

L'Odyssée , mais c'est bien sûr , plus que l'Iliade , catalogue honorifique des mérites des familles ayant participé à la Guerre de Troie .

 

Donc , voici le plan , partons donc à la recherche des Enfers , de toute urgence et de tout notre coeur en chantant un hymne aux dieux et au divin Homère, à qui nous devrons , peut-être , notre salut.

 

"Kirkè donne à Ulysse quelques détails très précis sur le site et la nature du Pays des Morts :

Ne te mets pas en peine d'un pilote à bord. Dresse le mât. Ouvre les voiles. Puis, reste tranquille. Le souffle du Borée te portera. Quand tu auras traversé sur ton navire l'Okéanos, il est une petite plage avec le bois de Perséphone, peupliers élancés et saules : hales-y ton vaisseau, sur le bord de l'Okéanos aux tourbillons profonds, et va toi-même dans la demeure humide de l'Hadès...."

Suivons la feuille de route et les éléments complémentaires actualisés ,  extraits de l'oeuvre par le commentateur , dont je profite du travail:

"Le texte nous donne d'abord un renseignement très précis sur le gîte de ce Pays des Morts. Ce pays est situé au Sud de Kirkè, à une journée de navigation. Il faut un bon vent du Nord, un Borée plein arrière, pour l'atteindre. Tournant le dos à Kirkè, l'on n'y arrive qu'après une grande journée de traversée rapide. Or dans le Sud du Monte Circeo, sur cette même côte tyrrhénienne, à cent kilomètres en ligne droite, à cent vingt ou cent trente kilomètres en suivant les courbes de la côte, il fut un Pays des Morts, qui resta célèbre durant toute l'Antiquité et tout le Moyen Age : nos touristes le visitent encore. Ce Pays des Morts n'était pas maritime : du moins, il ne touchait pas au rivage même de la mer. Il était situé à quelque distance de la côte. Cette distance pourtant n'était pas grande, ni le chemin malaisé ; on pouvait aller, en bateau, jusque dans les environs. Car ce Pays des Morts était situé sur le rivage Nord du golfe de Naples, au fond de la baie de Pouzzoles. Il était composé essentiellement d'un de ces Yeux Ronds, d'un de ces Kyklopes que nous avons décrits. C'est l'Averne."

Bon , on s'approche du terminus .

Pour effectuer notre dernier saut de puce , rien de plus simple , il suffit d'un ticket de tram .

Ah , vous n'en avez plus ?

Billet dématérialisé ?

Pourtant , un passe navigo ça doit aider à naviguer , non ?

Non.

Ah...

Alors vous finirez à pieds .

Suivez le bord de mer .

" Le tramway, qui va de Naples à Pouzzoles, puis à la Plage de Cuma, longe jusqu'au Lucrin le pied des collines Phlégréennes."

Cartes , boussole ...

Arrivés sur place , demandez Hadès , vous ne pouvez pas le manquer , c'est le seul à avoir un chien .   Tenu en laisse avec une muselière ?

Et quoi comme race ?

Chihuahua, loulou de Poméranie , Shi-Tseu ?

Je dirais plutôt rotweiller en plus gros , surtout la tête...
Enfin , vous verrez bien .

En tous cas , sur place et ayant reconnu utilement  la route , vous pourrez rentrer chez vous l'esprit libre en sifflotant , ce qui ne sera jamais le cas des 86 hyper-minables , dont je vous ai parlé au début !

Avé !!!

 

 

Insomnie du 17 Février 2019.

 

J'ai du mal à m'endormir , car on me dit que le  préfet , chargé d'internet, par Catilina préparerait dans la tiédeur foetale de son cabinet ministériel une nouvelle loi de proscription destinée à réprimer et peut-être même, ô divin numide , à éradiquer ce mal dévorant l'humanité en général , mais surtout la Gaule encore partiellement chevelue .

 

j'ai parlé, vous avez compris , non pas du prix du fioule , dont le litre est passé de 96 centimes , en décembre 2016 à  1, 48 sesterces  Francfortoises en 2019 , sans émouvoir la population du centre de Lutéce , mais , bien sûr , vous vous en doutiez , de la haine , de cette bonne vieille haine , qui accompagne l'humanité depuis le début des temps : Abel , Caîn , son père- sa mère ,  la concierge , votre chef de service délégué , pardon, dire  project manager sénior , le père François à Jarnac , l'inquisition ,la réunion de 18H 30 , les pièces jaunes , les récitals de la Castafiore ,  les massacres de bébés phoques , la musique sérielle , que sais-je encore et dont Wikipédia me donne la définition abrégée, mais substantielle de son domaine opératif à savoir que c'est dans :   " l'intolérance, l'exclusion , le fanatisme , le blasphème , le viol , la torture et le meurtre", qu'elle se manifeste .

 

Ouf.

 

C'est ratisser large avec un outil auquel il manque des dents , non ?

 

Et glisser , avec le blasphème , un cheval de Troie , qui pourrait se révéler décisif à certains , qui voient loin, alors que les lutéciens , qui nous gouvernent  ne distinguent rien  au delà de  leur prochaine RTT  ...

 

Ce qui vous étonne , me dites -vous , quoique que vous soyez d'accord avec le numide chargé d'internet , c'est  que si il y a beaucoup trop de haine et que sa capacité de nuisance  délétère , à la haine ,  s'exerce  d'une manière inversement proportionnelle à votre pouvoir d'achat , c'est que s'il existe beaucoup d'adjectifs comportant la racine philo , exprimant une forme d'amour , on trouve beaucoup moins de mots construits sur la racine lexicale de la haine à savoir : miso...

 

Miso-gyne, misanthrope ?

 

C'est peu.

 

Enigme étonnante ,et troublant paradoxe  si on veut bien y penser  librement.

 

En effet , des philo-sophes, philo ceci ou cela , philo castristes ,philomène , philo - communistes , philo - libéral, philo - crates tous ces mots , expriment  la sympathie, l'intérêt pour, ou l'affinité avec ce que désigne le second élément , par exemple aussi philocome \fi.lo.kɔm\, dont je ne puis vous dispenser de l'étude du détail, ainsi :

 

"Matière ou préparation prétendant être favorable à la pousse des cheveux.

"Ô coiffeurs, ô fers à papillotes, ô philocomes à la vanille ou au citron, perruquiers de tous pays, brosses de toutes façons, onguents de toutes puanteurs, ornez les chevelures de vos tire-bouchons et de vos tortillons, rasez-les à la malcontent, [...] jamais vous ne m'en montrerez une d'une distinction si relevée, d'une grâce si voluptueuse que celle-là. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 121-122, 2012)".

 

Mais on ne s'en tirera pas sans mentionner le fameux :

philuménie \fi.ly.me.ni\ féminin

 

Activité consistant à collectionner les boîtes d’allumettes ou les étiquettes de ces boîtes.

 

L’Association vitolphilique française (AVF) est créée dès 1954. Elle étend son activité à la philuménie quelques années plus tard et prend le nom d’Association vitolphilique et philuménique française (AVPF) en 1965. — (Article w:fr:Philuménie de l’encyclopédie en ligne Wikipédia.[1]).

Dont les experts sont la coqueluche des diners mondains, à ce qu'on dit .

 

Voici donc une bonne nouvelle , surtout  pour  ceux qui se haïssent eux-mêmes , ils sont eux-aussi concernés en priorité par cette loi inclusive , qui désormais proscrit toute forme de haine , car elle ne saurait viser une forme de haine plutôt qu'une autre .Ainsi , terminée la crise de ceux-celles  , qui cassent les pieds de leur entourage ,chaque matin devant leur miroir en se rasant ou en posant leurs faux-cils ( ce sont parfois les mêmes ) : "ô Chéri- e , je me déteste , ce matin !".

 

Ils-elles vont enfin pouvoir s'aimer d'amour.

 

Ce qui permet de poser l'hypothèse , que tout ce qui se trouve beau s'aime et que à contrario se haïr c'est se trouver moche .

 

Donc la haine c'est pas beau et on a raison de tout faire pour la contenir , la réprimer , l'éclater , l'atomiser , la matraquer , la haïr , la pulvériser , la karchériser , la disperser façon puzzle , à commencer , bien sûr , par l'interdire. 

 

C'est la moindre des choses, parce que la haine , c'est pas sympathique   ( Mel Gibson dans Pay Back , son meilleur film).

 

Avé à toi donc Ô Catilina , élu dans le fol  espoir misé par les patriciens sur tes supposées compétences économiques aux résultats incertains et adulé  finalement pour tes réformes molles ,ta rigueur morale immense, tes justes proscriptions , ô toi protecteur de la vieille et de la vertu, toi sans lequel , si , si notre siècle eut été orphelin, merci , merci .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 19 Février 2019.

Depuis le temps que nous nous échinons tous à comprendre et à mettre en forme cohérente ce qui se passe dans notre vie ,sans jamais y parvenir ,car trop rationnels ou trop fous ,   voici que tout naturellement la réponse se profile et fait partie de nous au moment même oû nous n'espérions plus , c'est vrai que l'espoir tue .

 

Dögen , une fois encore nous tends une main aussi secourable , qu'impitoyable :

 

" Quand le moment de savoir est venu  , il suffit d'en entendre la voix , pour le recevoir en sa créance une fois pour toutes ".

 

Illumination subite faisant éclater le ciel et la terre.

 

Fort le Zen .

 

 

 

Le 21 Février 2019.

Ce matin , au réveil , j'ai trouvé mon chien , qui regardait à la télé une chaine d'information en continu , rapportant les minutes d'une grande réunion de théistes , qui s'est tenue dans le centre , ces derniers jours et qui l'a obligé à mettre les choses au point .

 

A propos ?

 

Ben de la haine , pardine !

 

"On ne parle que de ça" , dit-il .

 

Et de poursuivre :

"Je relisais hier sur ton écran que " l'intolérance , l'exclusion , le fanatisme , le blasphème , le viol , la torture et le meurtre sont souvent provoqués par la haine ".

 

"Sommaire et réducteur  ? Peut-être .

 

L'exploitation , l'injustice , le ressentiment pour des offenses passées , 

le repli sur soi hostile chez les autres vivant chez vous , pour ne parler que de cela , ne sont -ils pas eux aussi des motifs de haine ?"

 

Enfin , y- aurait-il une haine juste, authentique et une autre , celle de l'autre , qui ne nous conviendrait pas ?

 

Ce à quoi mon chien répondit  qu'il ne s'agissait à son avis que d'une querelle d'allemands , un pugilat entre gens de foi .

 

En effet , d'ajouter ," quand  on n'a pas la foi , on n'a pas d'erreurs à défendre".

 

Et il ajouta , "je ne suis pas haineux, je suis miso-théiste , je trouve ce dieu unique  extrêmement , intimement , ultimement antipathique , comprendre que je ressens un sentiment désagréable , quoique surmontable .

La haine , c'est quand tu ne peux pas le surmonter ".

 

L'unique perçu comme une menace , plus qu'une possibilité .

 

Qui classer alors ,  dans la catégorie des anti-pathiques , c'est à dire des opposés ayant vocation à devenir des opposants , donc des hostiles ?

 

Les désaccordés , les déviants ,les chasseurs de sous-entendus , les potentiels rebelles,  célestes franc-tireurs  déguisés en prêcheurs à la ligne embusqués .

 

Nous voici donc de retour , l'oeil vif et la fleur au fusil , dans l'enfer de la dualité du bien et du mal .

 

Rassurez- vous si vous n'avez pas  de billet pour ce vol , car l'avion n'a jamais décollé , les contrôleurs sont compréhensifs et ont des instructions.

 

Espace eschatologique des tueries de masse  ,des couteaux tirés ,des sabres au clair, oû le diable tient les rênes  des mythiques -mystiques chevaliers de la bonne foi ,ensuite  de la bonne cause ,  cavales esclaves cravachées à mort par  les princes du cynisme .

 

Faites tirer dans la foule !

Pourquoi faire  , chef ?

J'ai cru voir un mal-pensant .

Non , c'était un tweet .

Laisse passer .

 

Etes -vous sûrs de vouloir la fin du monde , pour défendre une idée, une opinion, un nouvel Eden  ?

Avez-vous le droit de penser ?

Etes-vous équipés pour ?

 

Comme aime à le répéter  mon chien , dans cet immense élan d'empathie , qui fait sa gloire :

"Si vous voulez atteindre la chose -même, vous devez être l'homme même.

Alors , pourquoi vous soucier de la chose même ?"

 

Autrement dit , car mon chien a un fort accent français , qui le rends parfois inaudible :

 

Si vous voulez parvenir à ça , vous devez être ça, Ouah Ouah .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore le 21 Février .

8 degrés de température.

 

Le corps , que j'habite vient de Bretagne , de Lorient, Morbihan, jus de menhir.

Ma grand-mère ,Marguerite ,  orpheline , travaillait à 15 ans ,dans une confiserie de sardines , comme il y en avait tant sur la côte , lorsque le poisson abondait encore ,apparitions , disparitions , dans les années 1900 , faisant vivre un monde de pêcheurs côtiers , friteuses , soudeurs , cabaretiers .

 

Parler de la haine , comme problème de fond de la société, nouvel alpha et omega consacré d'une étonnante liturgie,  voire pendant qu'on y est , soyons fous ,de l'humanité , c'est exprimer des sentiments de légèreté  et de poésie ,eut égard à la réalité du monde , qui sont un vrai luxe  que seuls des estomacs pleins et des cervelles vides , digérant agréablement dans des maisons bien chauffées calés devant leur écran narcissiques peuvent revendiquer comme spécifiques.                                                                                             Existe-t-il un sujet plus crucial que de manger  à sa faim ?

En avez-vous souffert ?                                                                                           D'autres membres de votre famille en ont ils pâtis ?                                        Avez-vous entendu parler de famine ?                                                          Qui ne mangeait pas en 19O4 ?    

                                                                        Réponse : parmi d'autres damnés de tous temps  et en tous lieux ,   ces ouvrières venues en sabots, par milliers ,  de l'intérieur des terres pour la saison de la conserve ,travaillant du soir au matin ou le contraire  , dans la tripe de poisson , l'écaille glissante,  les vapeurs d'huile et la saumure .

 

Faut-il que les temps aient changé ,les évidences bousculées , ou que les marins aient disparu ,absorbés , enterrés ,immergés,  volatilisés sans mémorial ,de ceux qui avaient silencieusement  saigné à mort dans les Flandres ,  témoins gênants de cette souffrance , pour oublier , tirer le voile sur cette misère , dont elle me parlait sans haine , ni ressentiment ,comme quelque chose de naturel , pour ces femmes , qui dormaient à même le pavé du port  , qu'il pleuve ou qu'il vente , le soir après leur travail .

Fatalitas.

 

" La faim noire est venue faire son tour en Bretagne ; elle est venue la mégère impitoyable , des malédictions et de la souffrance plein son tablier ". Charles le Goffic.

 

Pas assez de sardines pêchées et on mourrait de faim , trop de pêche et on n'était plus payé et on jetait la marée dans le port.

 

Concurrence américaine .

 

Contre-façons  de sardines à l'huile d'olive françaises , confites d 'huile de lard ou d'huile de coton , voyez vous ça !

Laissez vivre , laissez passer .

Pas cher .

 

Il est beau mon libéralisme , il est beau , ton  libérateur!

 

"On ne chante que lorsqu'on travaille , le chômage est silencieux "

Charles Le Goffic .