Songoku le singe extraordinaire.

Zodiaque Singes
Zodiaque Singes

Tout comme il se passe toujours quelque chose aux Galeries Farfouillettes, il y a toujours quelque chose à raconter sur les stylos Namiki.

 

En l'occurence occupons nous du cas de ce beau stylo de la série des signes du Zodiaque 2, réalisé en technique à plat dite Togigashi maki-è.

Le fabricant annonce 300 pièces produites ou à produire, en fonction de la demande.

 

Je ne me souviens plus du nom de l'artiste, maki-è -shi free lance ,contacté pour l'occasion.

 

Peu importe, je m'expliquerai plus tard sur cette ignorance volontaire.

 

Dans cette série de 12 modèles, dont l'inspiration me semble parfois inégale, je vous ai présenté il y a quelques temps, le coq ou ondori en japonais.Certaines réalisations m'ont laissé sur ma faim, comme le tigre, le dragon ou le cheval , thémes sur lesquels on s'attends toujours à un souffle romanesque , mystérieux voire carrément épique, d'autres m'ont laissé sur ma fin, comme le serpent, le mouton, ou le buffle.

Ce n'est pas le cas de ce couple de singes (9 eme dans l'ordre d'apparition des signes du Zodiaque), qui nous regardent de leurs grands yeux ronds et stupéfaits, comme dans une fraction de surprise, qui semble les avoir un instant pétrifiés.

Peut-être n'arrivent-ils pas à accepter ce cousinage encombrant avec l'espèce humaine ?

 

Pourquoi pas !

Pas si bête le singe.

 

Malin comme un singe, le singe ceci , le singe celà...

C'est beaucoup pour une seule bestiolle, que ce catalogue de qualités et de défauts à la manière de Lafontaine.

 

Pour ma part, je préfére considérer le singe comme une totalité, dans un univers oû les différences ne se manifestent que par leur forme.

Et en matières de formes, le singe est un maître en la matière.

Maître de l'illusion?

Pourquoi pas si on en croît Lafcadio Hearn, qui nous  rappelle opportunément, que :

"L'eau est le flux fantômatique des illusions et des idées ( en tant qu'images crées par notre esprit) ; la lune (qui se refléte dans l'eau ) est la seule vérité.

Dans ce monde d'illusion, l'homme n'est qu'un singe s'acharnant à saisir le reflet de la lune ".

 

Approfondissons la question avec cette belle photo , prise par votre serviteur, ayant pour fond ce masque d'Indra provenant du Népal, typique de l'art Newar.

 

L'association d'Indra et du singe nous fait tous imanquablement penser à Hanuman et au Ramayana, mais aussi, plus subtilement aux merveilleuses aventures de Songoku, le singe extraordinaire, qui pour racheter ses fautes , accompagna Xuan-Zang aux Indes à travers un périple de ouf(,afin de ramener connaissance et sutras) de Chine aux Indes , en passant par le Tadjikistan (il fallait contourner le désert de Gobi),le Gandhara, la vallée du Gange, bref tout l'espace d'influence de la civilisation gréco-boudhique.

 

Rien que ça, mais en 14 années de voyage tout de même.

 

Cette aventure mythique accomplie au 7eme siècle de notre ère, a donné naissance à un merveilleux produit de la littérature chinoise : le voyage en Occident , pondu par Wu Sheng'en au 16 eme siècle et qui fait partie des fondements de l'inconscient collectif de la Chine.

 

Quand on est un Bodhisatva confirmé entamant un voyage initiatique, on ne peut qu'être escorté de magiciens et de démons repentis.

 

Mais comme tout pélerinage, il a d'abord pour objet de racheter des fautes irréparables , sinon on reste sagement chez soi.

 

C'est le cas de Sun Wu Kung, notre Sangoku, le roi des singes.

Intenable d'énergie ce zig, détenteur d'un rare palmarés de tours pendables .

 

J'ai trouvé cette description des faits , que je livre in extenso à votre esprit critique :

 

"Sangoku étaznt devenu le Roi des Singes et ayant besoin d'une arme, il décida de rencontrer le Roi des Dragons, dans le Grand Océan de l'Ouest. A ce dernier il subtilisa son sceptre -diamant (Nyoibô) qui peut à loisir s'agrandir pour toucher les nuages ou se rétrécir pour se cacher derrière une oreille.Ayant décidé d'acquérir, rien que ça , l'immortalité, Sangoku se rendit en enfer afin de forcer le Roi des Morts à effacer de ses tablettes le nom de tous les singes.                                                                                C'en était trop .                                                                              Le Roi des Morts et le Roi des Dragons se plaignirent du comportement du Roi des Singes à l'Empereur de Jade, le maître du Ciel.                                                                                      Celui-ci envoya ses troupes afin de remettre le Roi des Singes dans le droit chemin, mais le Roi des Singes était tellement puissant qu'il battait sans peine tous les hommes. Pour qu'il reste enfin tranquille, on l'envoya au Paradis et on le nomma palefrenier des écuries célestes. Et puis, Le Roi des Singes devint gardien des pêches de l'immortalité, mais il se risqua à manger les Pêches Sacrées et fut finalement capturé par Erh-lang. Face aux Dieux du Paradis qui voulaient le punir, il fut condamné à être enfermé dans un fourneau pendant des années, et enfin à brûler. Mais, Le Roi des Singes survécut au supplice ! L'Empereur de Jade fit alors appel à Bouddha qui l'emprisonna sous une énorme montagne, condamnant ainsi le Roi des Singes à méditer éternellement sur ses fautes ...
500 ans plus tard, Tripitaka (Xuanzang), un jeune Prince, rencontra le Roi des Singes et le libéra. Il décida alors d'escorter le jeune Prince jusqu'en Inde, en quête des textes sacrés : les Sutras. Mais au tout début de leur périple, un Dragon apparut alors qu'ils franchissaient une rivière. Le Dragon mangea le cheval de Tripitaka, mais le Singe le frappa avec son bâton. Bouddha transforma le Dragon en cheval pour que le Prince puisse continuer son voyage !"


Capable de toutes les aventures celestes et terrestres ce Songoku, comme vous l'avez lu.

 

Notons au passage, mais  vous le savez d'expérience que l'éternité ne dure qu'un certain temps puisque 5 siècles après ses méfaits, voilà que notre Sangoku part se racheter une conduite en suivant Xuan Zang dans ses aventures, qui deviennent par conséquent les siennes, un peu comme Shiva et Hanuman à la recherche de Parvati.

 

Des histoires de singes comme celle-ci il n'en manque pas dans la littérature et les contes et à propos , savez-vous pourquoi la méduse n'a plus d'os ?

 

A cause du singe bien sûr !

Mais celle là , je vous la raconte une autre fois.

 

Sayonara.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0