Ondori

Connaissez-vous l'heure du coq ?

Ondori
Ondori

Bien sûr, que je connais l'heure du coq !

Le coq, ondori en japonais, you, en chinois, se présente en dixième place dans l'ordre d'arrivée des animaux lors de la mort du Bouddha Shakyamuni et représente la tranche des 17 et 19 eme heures, puisque au Japon une heure en fait deux.

C'est plus simple.

Moi, j'aime bien le coq.

Bien sûr, il est horriblement prétentieux et ce n'est pas le meilleur ami des lêve -tards, mais quand même, il ne manque pas de panache et il porte bonheur puisque "you" est homonyme de chance en chinois.

En plus, il se mange, ce qui en fait un animal éminement utile.

Lorsqu'il ne marine pas dans le bourgogne, il a coutume, je vous parle des anciens temps chinois, de percher sur les tambours d'alarme,couverts de toiles d'araignées, à l'entrée des portes fortifiées .

Il est donc synonyme de paix, car tant que l'on ne bat pas le tambour à l'annonce des périls, la brave bête ne manque pas de prendre le repos bien mérité, que la fatigue de sa charge de réveil-matin lui procure.

Les circonstances de la vie politique contemporaine des peuples barbares, me rappelent que, en Chine, lorsqu'on veut dire que quelqu'un mème une vie "normale "(de chien ?), d'homme "normal", on dit qu'il mène une vie de coq...

Sous-entendu, ses ailes de nain l'empêche de voler (pardon José-Maria).

Donc en définitive, pour un chinois être un "homme normal", c'est pas grand chose et on barbotte loin de l'idéal du "shen-jen", c'est à dire de l'homme accompli, voire du Saint.

Alors, que chez les barbares vivre une vie de coq est déjà tout un programme hautement désirable, ainsi que je me disais in-peto ,tout en méditant à l'heure du tigre, devant les grilles du sanctuaire de Notre Dame de la Zapatera à Mougins, lieu magique , bientôt sanctifié, par le suffrage républicain.

Mais abandonnons les barbares à l'élection de leurs chefs et revenons à la civilisation pour rappler aux-dits barbares, qu'il fût un temps oû ce coq portait des cornes .

Tu galéjes !

Mais oui souvenez- vous encore une fois de la mort de Shakiamuni  !

Là aussi c'était une belle foire d'empoigne pour gagner le coeur du Bouddha.

Voilà, que pour se départager, coq cornu et dragon se défient à la course, le coq perd et se voit par-dessus le marché forçé d'offrir ses cornes au dragon.

Aussitôt fait , notre coq se met à regretter l'appendice et menace le dragon.

Ce dernier lui dit alors qu'il lui rendra ses cornes...lorsque le soleil se lévera à l'Ouest ...

Ce qui fait que depuis ce jour la pauvre bête implore tous les matins le soleil pour qu'il ne se lève plus à l'Est.

On ne pourra pas dire que je ne vous aurais pas prévenus !

 

PS: photo illustrant l'article: Namiki deuxième édition des signes du Zodiaque.

Belle réalisation en togigashi maki-é.

Assurément un des plus réussis de cette série produite à 300 exemplaires.

PS 2: au vu des énormes risques encourrus, je m'abstiens cette fois-ci de vous donner en avant première le nom du vainqueur des élections présidentielles réservées aux candidats de 1,70 m au plus.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0