Le Dragon Bleu de Sailor.

Le dragon bleu
Le dragon bleu

Il est vrai que Namiki n'est pas la seule marque de stylos à s'intéresser aux dragons ; ainsi dans le passé Montegrappa par exemple nous avait laissé une superbe création en fonte à la cire perdue d'argent massif sur fond de celluloide.

Sailor , à son tour porté par un élan irrésiible nous propose une série de quatre créatures fabuleuses ,dont ce merveilleux dragon bleu.

Dans la symbolique chinoise , il peut-être bleu ou vert , ce seigneur des eaux.

Lorsque je l'ai vu ,ce beau stylo , je me suis déplacé en pensées à Datong , au nord de Beijing , ville célèbre pour sa proximité géographique avec les grottes de Yunhang et ses usines de locomotives.

En fait ,on a peu de raisons de se rendre à Datong .

C'est dommage , car c'est la tanière du dragon.

Passer à côté , c'est passer à côté de tout , comme du temple suspendu accroché à flanc de falaise , lui-même comme un dragon. 

Montagnes de tuffe mystérieuses ,creusées de partout,  sur la route des invasions mongoles, donc d'expansion du bouddhisme tantrique.

 

Et puis à Datong , il y a le mur bleu des neuf dragons...

Impossible de ne pas sentir le souffle de magique  des lieux, qui a si bien su inspirer cette création de Sailor.

 

Je tenais à vous le dire afin que vous puissiez sentir , par comparaison , la nuance toute en finesse de l'inspiration japonaise de Ryo du post précédent , par rapport à ce beau travail de Sailor.

 

Ici , si les techniques sont incontestablement japonaises dans le relief ,taka maki-é,  qui a voulu retrouver l'effet des briques de céramique vernissées du mur, le style est bien chinois.

 

Une certaine emphase , nous sommes bien en présence du Fils du Ciel ou de ses représentants ( tous les dragons de Datong sont à quatre griffes ) : respect à ceci semble -t-il dire et on n'a pas envie de rigoler.

Affrontez ce regard d'abalone si vous le pouvez.

En tous cas , c'est la preuve que Sailor suite à la série des batailles a bien l'intention de nous étonner.

 

Bien sûr la faiblesse de la démonstration réside dans le caractère solitaire du laqueur , alors que la force de Namiki , c'est la constance et la densité de l'académie Kokokai.

Trente pièces , par thème , pas plus ,ce qui en fait une rareté digne des plus bgelles collection.

 

Par cette approche intelligente et subtile , Sailor veut clairement tutoyer les sommets.

 

Encore un effort ?

 



 

 

 

 

 

Il est vrai que Namiki n'est pas la seule marque de stylos à s'intéresser aux dragons ; ainsi dans le passé Montegrappa par exemple nous avait laissé une superbe création en fonte à la cire perdue d'argent massif sur fond de celluloide.

Sailor , à son tour porté par un élan irrésiible nous propose une série de quatre créatures fabuleuses ,dont ce merveilleux dragon bleu.

Dans la symbolique chinoise , il peut-être bleu ou vert , ce seigneur des eaux.

Lorsque je l'ai vu ,ce beau stylo , je me suis déplacé en pensées à Datong , au nord de Beijing , ville célèbre pour sa proximité géographique avec les grottes de Yunhang et ses usines de locomotives.

En fait ,on a peu de raisons de se rendre à Datong .

C'est dommage , car c'est la tanière du dragon.

Passer à côté , c'est passer à côté de tout , comme du temple suspendu accroché à flanc de falaise , lui-même comme un dragon. 

Montagnes de tuffe mystérieuses ,creusées de partout,  sur la route des invasions mongoles, donc d'expansion du bouddhisme tantrique.

 

Et puis à Datong , il y a le mur bleu des neuf dragons...

Impossible de ne pas sentir le souffle de magique  des lieux, qui a si bien su inspirer cette création de Sailor.

 

Je tenais à vous le dire afin que vous puissiez sentir , par comparaison , la nuance toute en finesse de l'inspiration japonaise de Ryo du post précédent , par rapport à ce beau travail de Sailor.

 

Ici , si les techniques sont incontestablement japonaises dans le relief ,taka maki-é,  qui a voulu retrouver l'effet des briques de céramique vernissées du mur, le style est bien chinois.

 

Une certaine emphase , nous sommes bien en présence du Fils du Ciel ou de ses représentants ( tous les dragons de Datong sont à quatre griffes ) : respect à ceci semble -t-il dire et on n'a pas envie de rigoler.

Affrontez ce regard d'abalone si vous le pouvez.

En tous cas , c'est la preuve que Sailor suite à la série des batailles a bien l'intention de nous étonner.

 

Bien sûr la faiblesse de la démonstration réside dans le caractère solitaire du laqueur , alors que la force de Namiki , c'est la constance et la densité de l'académie Kokokai.

Trente pièces , par thème , pas plus ,ce qui en fait une rareté digne des plus bgelles collection.

 

Par cette approche intelligente et subtile , Sailor veut clairement tutoyer les sommets.

 

Encore un effort ?

 



 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0